mercredi 10 février 2010

La chance qu'ont nos enfants...

J'écoutais cette semaine un reportage à RDI qui portait sur les jeunes enfants en Bolivie travaillant dans les mines. Ce reportage m'a vraiment touché.

Nous savons tous qu'aux 4 coins du monde, dans les pays peu développé, des enfants de tous âges travaillent pour aider la famille ou pour assurer leur propre survie. Y'a bien des débats là dessus et ce n'est pas ce dont je veux vous parler...

Il est bon de tout simplement prendre un temps d'arrêt dans nos vies bien remplies ou tous nos besoins primaires sont amplement satisfaits pour réaliser combien nous sommes choyés. Choyés d’avoir un toit, de la nourriture, de la sécurité, de l’amour…

Dans le reportage, on pouvait suivre la vie d’un petit garçon de 12 ans qui vivait seul dans les montagnes avec un autre enfant de 7 ans ayant perdu ses parents, emportés par une maladie pulmonaire suite d'avoir travaillé dans la mine. Le premier avait toujours ses parents mais il était le plus vieux d’une famille de 7 enfants et ses parents n’arrivaient pas à le faire vivre. Il a donc du quitter le nid familial et déménager, seul,  à 3h de route pour aller, lui aussi, travailler dans la mine, peut importe les dangers que cette vie comportait. Il devait donc subvenir seul à tous ses besoins, s’occuper de l’autre petit gars qu’il trainait partout avec lui et envoyer une partie de ses maigres « revenus » à sa famille…

Ce qui m’a vraiment touché dans ce reportage est le courage de ces enfants. Vous auriez du voir leur force, leur détermination, leur maturité. Incroyable qu’un être encore si jeune, si frêle, si fragile, si « enfant » ait à ce si jeune âge toute cette force, cette volonté… ou les puise t-ils?

Dans le reportage le petit gars dit à la caméra: c'est très difficile. Je ne peux jamais jouer ou aller à l'école,  je dois toujours travailler. Je ne vois jamais ma famille, mes parents, mes frères et soeurs. Quand j'ai de la peine, j'ai personne à part mon ami (le petit gars de 7 ans). J'aimerais tellement être à la maison et appeler mes frère et soeurs en leur disant "venez manger s'est prêt!!! Ce n'est pas une vie et je devrais être à l'école... Mais, je pense que je suis quelqu'un de bien et que je suis capable de faire autre chose. Un jour peut être je m'en sortirai"

À chaque jour, le petit gars se lève à l’aurore, avale un peu de nourriture -lorsqu’il en a!- et part à la mine avec son ami. Une mine non entretenue qui risque de s’écrouler à tout moment. Puis il rentre à la « maison » (semblant de chambre louée dans une maison en décrépitude totale) pour faire le souper -Manger ce qu'il y a quand il y en a!-. Et après souper, il retourne travailler à la mine avec son ami une partie de la soirée… nous sommes bien loin de l’école, de la vie d’enfant et de la Wiiii…

***
Une amie à moi m’a raconté une anecdote de sa fille de 5 ans dernièrement. Faut que je vous dise que mon amie à tout ce qu’on a besoin dans la vie et que ses enfants ne manquent absolument de rien et qu’ils en ont plus « que le client en demande » comme ont dit. Donc, durant le souper, sa fille lui dit « Maman, je veux qu’on déménage de maison » sa mère de répondre « Hein? Mais pourquoi? » sa fille « Ben, j’aime pas la couleur des murs de la maison pis j’ai envie d’une autre maison » Moi, dans ma tête...QUOI??? Une enfant qui dit ça à 5 ANS???? Pire… QUI PENSES ÇA???? J’étais vraiment surprise…

Alors je dit à mon amie « Qu’est ce que tu lui as dit? » Mon amie me répond « je lui ai dit que c’est la maison de papa et de maman et que qd elle sera grande elle aura sa maison et qu’elle peinturera les murs de la couleur qu’elle voudra » Moi, dans ma tête « HEIN!?!? C’est tout???? Ça te tentait pas de lui dire…écoutes ma chérie, en ce moment tu a un toit, tu es en train de remplir ton ventre, tu es avec tes parents et tes 2 frères, vous allez jouer avec vos 1001 jouets après souper, ou vous pourrez aussi aller vous baigner dans votre piscine creusée olympique, prendre un bon spa ou sauter sur votre méga trempoline… sais-tu ma chérie qu’il y a plein d’enfants sur la terre qui n’ont même pas la chance de souper et de dormir dans un bon lit avec des drap propres???? Qui n’ont même pas le 1/10000000000000 de tout ce que tu as? La couleur des murs ma chérie c’est un détail et ce n’est pas ce qui est le plus important dans la vie…. »

***

Ma fille ne manquera jamais de rien. Et, vu que ce sera mon seul enfant, je la gâterai sûrement un peu… pourquoi s’en empêcher si on en a les moyens…? Mais, ma fille ne sera pas une princesse ni une reine et je veillerai à ce qu’elle soit consciente de toute la chance qu'elle a. Celle de vivre cette vie et de ne manquer de rien. Je lui expliquerai que dans la vie, rien n’est acquis et qu'il y a des choses importantes et d'autres qui le sont moins. Tout comme mes parents l’ont fait, cela fera partie de son éducation et sera, je l’espère, une des nombreuses facettes de sa richesse intérieure.

3 commentaires: